mercredi 24 août 2016

Des cirses et de beaux paysages

Randonnée du mardi 23 août 2016
Une fois de plus nous sommes retournés en Chartreuse.
Nous avons commencé à marcher dès 8 heures et la randonnée s'est déroulée majoritairement à l'ombre.
Tout était bien, cette courte randonnée a été très agréable !

Parking
Col du Coq à l'emplacement de l'ancienne station de ski vers 1400 m

Itinéraire
Suivre le GR
Rejoindre le col de la Faita 1412 m
Du  Col de la Faita, passer à la Faita et monter au sommet de la prairie de l'Emeindra 1491 m
Descendre sur le habert de l'Emeindra de Dessus 1427 m
Descendre sur le Sappey jusqu'à l'Emeindra de Dessous
Traverser la pâture pour trouver au fond une trace de sentier qui monte au col de l'Emeindra 1372 m
Suivre à main droite le beau sentier de crête qui nous ramène au Habert de l'Emeindra de Dessus
Traverser l'alpage en suivant les arbres à main gauche
Prendre la large piste forestière à main droite
La suivre longuement jusqu'à la route qui descend à Saint Hugues
Remonter jusqu'au col du Coq

Remarques
Beau circuit
Sur le GR les appuis sont parfois délicats (humidité et racines) et la marche y est assez fatigante car on n'arrête pas de monter et descendre...
Le habert de l'Emeindra du Dessous, actuellement en ruines a été détruit au moins deux fois par des avalanches et celui du Dessus a été reconstruit après avoir brûlé
Le toponyme Emeindra viendrait du patois local utilisé pour désigner la salamandre. Pourquoi pas ?
Faita vient de Fagus hêtre
La partie du parcours entre la Faita et le sommet de l'Emeindra qui avait été dévastée par une exploitation forestière est à nouveau agréablement boisée. Il aura fallu attendre 20 ans !
Peu de bêtes à l'alpage de l'Emeindra
Le vératre blanc qui avait  envahi les alpages. a été consommé complètement par les vaches..
Des pics vert et noir, une buse...
Les cirses bourdonnent et sont en fleurs

Météo
Très beau temps
Soleil chaud

Distance, dénivelé, temps
14 km, un petit 650 m en cumulé, 4 heures 30

Cliquer sur les photos pour les agrandir


En montant à l'Emeindras
Un matin flamboyant 
Le pas de la Coche le soir
Les Dalles du Charmant Som
Le soleil est levé et nous aussi
Le sommet de Pravoutat
Chamechaude du matin
Grand Som, Bec Charvet, Dent de Crolles 
Sans oublier sa majesté voilée
Cirse habité
Cirse laineux
Cirse encore
Vue de l'Emeindras
Pravoutat, Charvet, Dent de Crolles
Arbre remarquable estampillé
Curieuses couleurs 
Ce qui reste du glacier de la Sitre... 
Trajet sous Google Earth
Élévation

mercredi 17 août 2016

Lac de Crop et lac Bleu, un tichodrome et des orpins des infidèles

Randonnée du mardi 16 août 2016
Paisible randonnée à deux dans le massif de Belledonne. Nos pas nous ont conduits au lac de Crop puis au discret lac Bleu. L'ambiance dès l'arrivée au premier lac dans l'ombre du matin est minérale, froide et austère
En montant au lac Bleu le paysage s'ouvre et le soleil réchauffe l'ambiance. Le lac de Crop change de couleur et passe du noir au bleu c'est magique !
Le lac Bleu déjà minuscule est presque asséché mais en cherchant bien on le trouve avec ses reflets.
Nous avons eu la joie de voir un tichodrome échelette un oiseau papillon très beau et relativement rare à observer

Parking
Virage du Muret

Itinéraire suivi
Monter en direction du Pas de la Coche et prendre le GR à main droit au niveau du captage
Retrouver le sentier qui monte du Pont de la Betta
Le suivre jusqu'au lac de Crop 1906 m
Prendre la direction du Col de la Mine de Fer
Arrivé à la hauteur du sommet de la cascade suivre à main gauche les cairns dans les éboulis
Rejoindre ce qui reste du lac Bleu 2040 m
Descente idem montée

Remarques
Lac de Crop : superficie 5 ha, profondeur 34 m, bonne valeur piscicole.
Légende de l'Ile Noire
Jean Daumas dans "Je m'appelle Belledonne" relate une légende qui a pour cadre le lac de Crop et le col de la Mine de fer
Quelques années avant la révolution Ambroise Leroc forgeron de Saint Mury découvrit au dessus du lac de Crop à 2400 m d'altitude une veine de fer. Chaque matin il montait chercher un sac de minerai qu'il descendait à sa forge. Il eut l'idée de monter du bois et de travailler le minerai sur place. Mais ces allées et venues intriguèrent Gasparin le berger du lac de Crop qui proposa à Ambroise de l'aider à monter le bois. Le forgeron de Saint Mury refusa et il eut l'idée d'inventer une histoire pour effrayer le berger. Quand les eaux du lac sont au plus bas un grand rocher sombre fait son apparition. Cette Île noire ôte la vue à qui pose son regard sur elle avec trop d'insistance. Quelques temps plus tard le pied de Gasparin buta sur un lingot de fer. Il comprit le trafic et monta en parler avec Ambroise. En arrivant à proximité du lac de Crop le forgeron lui cria de ne pas regarder l'Ile Noire.
Le berger ne le crut pas, fixa le rocher et fut aussitôt frappé de cécité...
Il paraîtrait que les années où l'Ile Noire est visible les habitants du village de Prabert organisaient un pèlerinage pour implorer la pluie.

Montée et descente à l'ombre
Fréquentation quasi nulle à la montée et un un peu plus de monde à la descente
Il est vraiment intéressant de monter au lac Bleu pour les paysages et l'ambiance
Le tichodrome échelette est un très bel oiseau assez rare à observer pour en savoir plus cliquer ici
Problème de piles pour le GPS. Pour cette raison le trajet sous Google Earth est le tracé de montée. On peut estimer le dénivelé en cumulé à environ 800 m

Météo
Très beau temps
Quelques nuages bourgeonnent vers midi


Cliquer sur les images pour les agrandir

Ombre et lumère : lac de Crop vu de la cascade
Ciel de ce matin
Vers la Jasse et le Jas des Lièvres
Lac de Crop le matin
Lac de Crop le matin
Lac de Crop le matin côté verrou
Petit lac Bleu
Petit lac Bleu et ses reflets
Fantaisies minérales
Vérâtre blanc
Le lac de Crop en montant au lac Bleu
La cascade
Le tichodrome de la décennie
Ombre et lumière
En haut de la cascade
Il est devenu bleu
Un rond naturel dans l'eau
Au revoir Crop
Beaux nuages sur la Jasse
Broussin
Racine polie par les marcheurs
Orpin des infidèles

Nous avons réussi à identifier une belle fleur qui décorait la salle à manger du pique nique. Il s'agit de l'Orpin Bleu ou Orpin des infidèles. Son nom pour les botanistes est Sedum anacampseros. Anacampseros en grec signifie "qui fait revenir les infidèles". Cette planté a été utilisée comme filtre d'amour


Orpin des infidèles : la fleur
Orpin des infidèles : la plante et une tige de fleur
Trajet aller sous Google Earth

lundi 15 août 2016

Le col et le lac de la Coche et leurs alentours

Randonnée du dimanche 14 août 2016
Cette randonnée relativement courte nous a permis de réaliser à deux une belle marche dans Belledonne. Nous avons marché à l'ombre et sommes rentrés pour 14 heures au domicile.

Parking : 
Juste après l'épingle de la combe du Muret (1336 m)

Itinéraire : 
Passer près du habert du Muret (1450 m) qui a été refait en 2008
Monter jusqu'au niveau du habert d'Aiguebelle (1700 m)
Suivre le balisage GR jusqu'au pas de la Coche 2000 m (cf le panneau)
Descendre au lac
Suivre pendant une petite demi-heure le chemin en direction du col de la Vache pour profiter des beaux envers.
Descente idem montée.

Météo : 
Très beau temps

Remarques
Le chemin de montée est large il a connu beaucoup de vicissitudes. Il a :
- échappé à la route Paganon
- survécu à une grosse avalanche qui "ruina" le bas en décapitant ses arbres
- cohabité avec 2 lignes haute tension. Une seule subsiste mais les "tournes" de l'ancienne sont toujours là.
- a été longuement réalésé au bulldozer. Les 4x4 montent à l'aise jusqu'au habert d'Aiguebelle
Deux hermines en tenue d'été
Le lac continue son eutrophisation
Des fleurs
Un gros troupeau de moutons (un millier) avec bergers leurs chiens de travail et patous (3) en cours de déplacement
Montée solitaire et paisible de bon matin mais au retour la foule des grands jours...

Cliquer sur les images pour les agrandir

Lac de la Coche
En face : la Dent de Crolles
Orionde
Matin agréablement frais à Aiguebelle 
Son meilleur profil
Encore une plante qui pique
Arrivée au Pas de la Coche
Belledonne derrière un petit col
L'envers qui domine l'Eau d'Olle
Col de la Vache
Col de la Vache qui conduit au Sept Laux
Il y a même des glaciers
Belles prairies 
Les pics de Belledonne 
Les moutons au lac
Montée vers le Pas de la Coche 
Moutons gris
Il y a même des chèvres 
Le berger et son chien
Épilobes
Ce sont les derniers on peut y aller
Des reflets et des moutons


LA ROUTE PAGANON
La chaîne de Belledonne est franchie par aucun col routier. Le Pas de la Coche est le seul point où la crête s'abaisse en dessous de 2.000 mètres. Ce point de passage aurait été utilisé par Hannibal lors de la traversée des Alpes. L'idée de franchissement routier à cet endroit a fait l'objet d'un début de mise en œuvre sur l'instigation d'un ministre des Travaux Publics isérois : Joseph Paganon. Son idée était de tracer une route reliant Laval au Rivier d'Allemont par le susdit pas pour relier le Graisivaudan à l'Oisans. Cette route a été commencée à partir de Prabert et arrêtée à cause de la guerre à la cote 1336. Classée route départementale D 528 son numéro figure encore sur les bornes. Les travaux n'ont jamais été commencés côté Oisans.

JOSEPH PAGANON (1880-1937)

Joseph Paganon

Joseph Paganon est né en 1880 à Vourey où ses parents, originaires de Laval, étaient instituteurs. Il est décédé en 1937 à Paris. Ingénieur chimiste il fut maire de Laval, conseiller général du canton de Goncelin. Député radical, sénateur il a occupé divers postes ministériels dont celui des Travaux Publics et, juste avant son décès, celui de l'Intérieur sous Pierre Laval.
On lui doit en particulier l'engagement des travaux des barrages du Chambon et du Sautet ; la liaison
Uriage / Allevard (Balcon de Belledonne) ; la route de l'Alpe d'Huez...